Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 janvier 2022 1 24 /01 /janvier /2022 17:56

 

Organisée par LesArts57, les jeudi 16 décembre 2021 et mercredi 19 janvier 2022, la visite guidée au Musée de La Cour d'Or a permis à deux groupes de 18 et 19 personnes de découvrir la nouvelle salle XIXème. Ouverte au public depuis mai 2021, il faut, pour y accéder faire un rapide voyage dans le temps au travers des salles gallo-romaines puis celles du Moyen Age en suivant Marlène, notre sympathique médiatrice.

Au lendemain des visites guidées au Musée de La Cour d'Or à Metz,16 décembre 2021 et 19 janvier 2022.

A l’entrée de la salle XIXème, quelle magnifique surprise : un foisonnement étonnant de tableaux placés du sol au plafond sur un fond rouge profond et lumineux. La nouvelle muséographie a repris l’accrochage à « touche-touche » en vogue dans les intérieurs bourgeois du XIXème, un peu moins dense cependant. Et contrairement à la disposition des salons du siècle dernier, les grands formats sont placés en hauteur, les petits tableaux plus bas, à hauteur des yeux. 43 œuvres, peintures et sculptures, ont été choisies parmi les 600 qui constituent le fond muséal

A gauche, un mur dédié aux personnalités messines, le général Durutte, Paul Verlaine, Amable Tastu, Jules Bastien Lepage… 

Sur les 3 autres murs, sont installées des œuvres représentant les différents genres picturaux (paysage, portraits, nature morte, peinture d’histoire, scène de genre …) et courants artistiques (romantisme, orientalisme, réalisme, naturalisme…). Disposées harmonieusement en fonction des coloris, les œuvres de grands artistes côtoient pêle-mêle celles d’artistes locaux. 

Au lendemain des visites guidées au Musée de La Cour d'Or à Metz,16 décembre 2021 et 19 janvier 2022.

Les arts décoratifs ne sont pas oubliés : pour mettre en valeur l’épée du général Durutte, un papier peint a même été fabriqué à partir du motif de sa garde. L’épée lui fut offerte par la ville de Metz en 1814 pour le remercier de l’avoir vaillamment défendue.

Nouvelle Salle XIXème, Musée de la Cour d'Or. Metz.

Nouvelle Salle XIXème, Musée de la Cour d'Or. Metz.

 

Sur le mur à droite un paysage de Camille Corot :  Paysage, soleil couchant   offert par l’Etat au musée de Metz en remerciement de l’aide apportée aux populations du Rhône lors des inondations. Les arbres, lignes verticales, disposés en plans successifs s’approchent du soleil couchant. Touche lisse, légers traits noirs pour les contours, thème antique du berger jouant de la flûte. Œuvre académique par excellence.

 

Jacob Schlesinger, Jupiter et Io.

Jupiter, dieu volage s’éprend de la jeune prêtresse Io. Afin de se cacher d’Hera, il se métamorphose en nuée ténébreuse. Le visage et les mains à peine visibles contrastent avec la chair blanche du corps. C’est une copie du tableau du Corrège conservé à Vienne.

 

 

Eugène Delacroix, La Montée au Calvaire, 1859.

Exposé à l’exposition universelle de Metz en 1861, le tableau est acheté par la ville, témoignant ainsi de l’attachement des artistes messins pour le maître. Esquisse montrant Jésus tombé sous le poids de la croix au milieu de la foule hostile. Romantisme.

 

 

Théodore Chassériau, Othello étouffe Desdémone.

 Chassériau représente une des dernières scènes de la pièce de Shakespeare : Othello, le Maure de Venise.  Il vient d’étouffer sa femme qu’il a crue infidèle. Homme métis, le modèle noir est rare en peinture, mais familier pour le peintre né à Saint-Domingue. Peinture d’histoire, orientalisme.

 

Emile Friant, Autoportrait à l’âge de 15 ans. 1878.

Jeune homme moderne au manteau bleu, chemise blanche. Sa peinture est influencée par la photo. Au moment de l’annexion, la famille Friant quitte Dieuze pour Nancy. Courant naturalisme.

Eugène Gatelet, Buste d’Emile Friant, 1927.

Palette dans la main gauche, blouse de travail, il revendique son statut d’artiste. Dans la main droite, le pinceau a disparu. Emile Friant est devenu un peintre d’envergure nationale. Calvitie et moustaches, c’est un artiste accompli. L’amitié entre le sculpteur et le peintre est symbolisée par la double signature de leurs 2 noms sur la palette.

Jules Chéret, Danseuse espagnole.

Affichiste contemporain de Toulouse Lautrec, Chéret gagne sa vie grâce à la publicité pour la danse et le spectacle. La « Cherette », silhouette féminine, élancée, se retrouve dans cette danseuse espagnole. Contraste entre les couleurs chaudes du corps ondulant et le fond couleur froide.

Edmond Blume, Victime de la grève, 1892.

Dans cet intérieur modeste, un visiteur ôte son couvre-chef, il ramène une victime de la grève visible dans l’entrebâillement de la porte. Cette toile réaliste témoigne de l’importance que prend la classe ouvrière dans la peinture, ainsi que dans la littérature avec Zola, Balzac …

De part et d’autre, des œuvres de peintres locaux, Echo et Narcisse par Adolphe Weber (né à Boulay), Jeune Dame sur un balcon caressant une tourterelle, 1874, par François Eugène Cuny (né à Metz), et A la première Relique, d’Adolphe Lalire, la Coiffure d’Emile Friant… témoignent du goût du XIXème. La douceur des tons pastels, l’évocation d’un monde parfait, la vénération religieuse, les paysages … étaient appréciés dans les commandes de l’époque.

Au lendemain des visites guidées au Musée de La Cour d'Or à Metz,16 décembre 2021 et 19 janvier 2022.
Au lendemain des visites guidées au Musée de La Cour d'Or à Metz,16 décembre 2021 et 19 janvier 2022.
Au lendemain des visites guidées au Musée de La Cour d'Or à Metz,16 décembre 2021 et 19 janvier 2022.
Au lendemain des visites guidées au Musée de La Cour d'Or à Metz,16 décembre 2021 et 19 janvier 2022.

Friedrich Wilhem Rabending, le Glacier de Gepatsch dans les Alpes de l’Otzal, 1888.

Impressionnant, ce glacier peint par l’artiste qui a été, avec sa palette, travailler dans la montagne. Intéressant témoignage d’une époque où le glacier descendait bien plus bas.

 

Gustave Moreau, Œdipe voyageur, vers 1888.

Scène très forte :  le sphinx menaçant, au centre en pleine lumière, prépare sa patte. Autour de lui, les corps et les restes de ceux qui n’ont pas su répondre à l’énigme. A gauche, Œdipe semble si vulnérable.

 

Charles Saunier, François de Curel à l’âge de 3 ans, 1856.

Charmant portrait de François de Curel, né à Metz, fils de Pauline de Wendel. Agé de 3 ans, il porte, selon l’usage, la robe que les petits garçons n’abandonnent qu’à 7 ans. Il hérite de la fortune de sa mère et offre à la ville plusieurs œuvres dont l’Œdipe de G. Moreau. C’est un des grands mécènes du Musée.

Marie Françoise Constance Mayer, Madame Amable Tastu, 1817 ?

Jeune poétesse messine de 14 ans, Amable Tastu est félicitée par l’impératrice Joséphine. Ce joli portrait est réalisé par Constance Mayer, formée dans l’atelier de J.B. Greuze. Les jeunes femmes peintres étaient plus acceptées comme portraitistes, la peinture d’histoire étant réservée à la gent masculine. Constance Mayer tombe amoureuse du peintre Prudon, et s’installe à proximité. Elle a du talent et déjà du succès. Elle réalise des tableaux qu’il vend mieux sous son nom. Il est encore difficile actuellement de restituer les œuvres à l’un ou l’autre. Marié, père de 4 enfants, il rejette l’idée de l’épouser. De désespoir, elle se tranche la gorge. Il en perd toute créativité et lui survit 2 ans. Ses contemporains disent qu’« elle l’a attrapé dans son linceul ».

Au lendemain des visites guidées au Musée de La Cour d'Or à Metz,16 décembre 2021 et 19 janvier 2022.
Au lendemain des visites guidées au Musée de La Cour d'Or à Metz,16 décembre 2021 et 19 janvier 2022.
Au lendemain des visites guidées au Musée de La Cour d'Or à Metz,16 décembre 2021 et 19 janvier 2022.
Au lendemain des visites guidées au Musée de La Cour d'Or à Metz,16 décembre 2021 et 19 janvier 2022.
Au lendemain des visites guidées au Musée de La Cour d'Or à Metz,16 décembre 2021 et 19 janvier 2022.
Au lendemain des visites guidées au Musée de La Cour d'Or à Metz,16 décembre 2021 et 19 janvier 2022.
Au lendemain des visites guidées au Musée de La Cour d'Or à Metz,16 décembre 2021 et 19 janvier 2022.
Au lendemain des visites guidées au Musée de La Cour d'Or à Metz,16 décembre 2021 et 19 janvier 2022.
Au lendemain des visites guidées au Musée de La Cour d'Or à Metz,16 décembre 2021 et 19 janvier 2022.
Au lendemain des visites guidées au Musée de La Cour d'Or à Metz,16 décembre 2021 et 19 janvier 2022.

Edmond Rinckenbach , Le Café du globe, 1890. Lieu d’échange et de rencontre des artistes, situé 3 rue des Clercs à Metz.

Jacques Dominique Charles Gavard, Vue de la cathédrale de Metz, 1826. La tour du chapitre est inachevée.

Portraits d’Ambroise Thomas, 1834, par les frères Flandrin, Paul et Hippolyte. Les trois amis se trouvaient ensemble à la villa Médicis à Rome. Ils avaient remporté le prix de Rome en musique pour Ambroise Thomas, en peinture pour Flandrin.

Le buste d’Amable Tastu, par Antoine Etex voisine avec les portraits de Paul Verlaine. Le premier réalisé par son ami Aman-Jean en janvier 1892 alors qu’il était hospitalisé. Le second peint par Edouard Chantalat en 1898, à partir d’une photo, deux ans après la mort de Verlaine.

Très jolis bronzes réalisés par Emmanuel Hannaux, Le baron de Ladoucette ,1893. et Le Poète et la Sirène. 1903-1909.

Emmanuel Hannaux, Phryné, 1892. Plâtre.
Emmanuel Hannaux, Phryné, 1892. Plâtre.

 

Emmanuel Hannaux, Phryné, 1892. Plâtre.

Inspirée de la mythologie grecque, cette belle statue relate un épisode au cours duquel la courtisane est sur le point d’être condamnée par un tribunal. A court d’argument, son avocat lui ôte son vêtement dévoilant sa grande beauté. Elle sera acquittée.

Restaurée récemment, la patine évoquant une terre cuite présente des couleurs un peu différentes, le visage plus foncé, tandis que le bras est d’un ocre plus jaune. Le choix est fait de laisser apparent les traces de restauration.

 

La petite salle suivante est complètement dédiée à Auguste Migette. L’artiste, né à Trèves - encore française en 1802-, se forme à Paris puis revient à Metz où il est peintre, décorateur du théâtre, professeur de dessin et, avec Charles-Laurent Maréchal, chef de file de l’Ecole de Metz. Il recense et dessine avec précision une grande partie du patrimoine local.

 

Auguste Hussenot, Portrait d’Auguste Migette, 1837.

La pose de Migette en costume élégant, le carton à dessins, les cadres… Ce portrait témoigne de l’amitié qui lie les deux peintres. C’est la première œuvre que Hussenot expose au salon de Paris en 1840.

Auguste Migette, Galerie de ma maison à Longeville.
Auguste Migette, Galerie de ma maison à Longeville.
Auguste Migette, Galerie de ma maison à Longeville.
Auguste Migette, Galerie de ma maison à Longeville.

Auguste Migette, Galerie de ma maison à Longeville.

En 1874, Migette acquiert une maison à Longeville (aujourd’hui disparue) avec une galerie et un grand jardin. Il refuse toute sa vie de vendre ses dessins. A sa mort en 1884, il lègue l’ensemble de son œuvre et de ses biens au musée municipal de Metz.

 

Le troisième espace est dédié à L’Ecole de Metz (1830-1870) ainsi baptisée par Baudelaire (en 1845). Laurent-Charles Maréchal, Auguste Migette, Auguste et Joseph Hussenot, Théodore Devilly … sont les grandes figures du mouvement qui disparait lors de l’annexion en 1870. Elle se caractérise par son ancrage régional, paysages lorrains, passé historique et architectural de la région, portraits de personnalités messines…

Auguste Migette, Commencement de la République messine, 1862.--Splendeur et richesse de la République, 1863.
Auguste Migette, Commencement de la République messine, 1862.--Splendeur et richesse de la République, 1863.
Auguste Migette, Commencement de la République messine, 1862.--Splendeur et richesse de la République, 1863.
Auguste Migette, Commencement de la République messine, 1862.--Splendeur et richesse de la République, 1863.
Auguste Migette, Commencement de la République messine, 1862.--Splendeur et richesse de la République, 1863.
Auguste Migette, Commencement de la République messine, 1862.--Splendeur et richesse de la République, 1863.
Auguste Migette, Commencement de la République messine, 1862.--Splendeur et richesse de la République, 1863.

Auguste Migette, Commencement de la République messine, 1862.--Splendeur et richesse de la République, 1863.

Migette a réalisé une série de 8 grands tableaux pour illustrer les épisodes importants de l’histoire de Metz. Il reconstitue dans le Commencement de la République messine, le Palais des Treize, la cathédrale romane … ajoute la bannière de la famille de Heu … imagine la foule en liesse. Dans Splendeur et richesse de la République, le peintre met en scène l’opulence des fêtes et tournois à l’époque, d’innombrables personnages, un surprenant évêque à cheval en tenue d’apparat…

Auguste Migette, Le Graoully, Procession de Saint-Marc, 1631.

Tradition messine ancestrale, la procession annuelle de St Marc évoque la libération de la cité du Graoully par St Clément. Ce tableau endommagé au cours des bombardements pendant la guerre vient d’être restauré. En lambeaux, il a été réentoilé, réinstallé sur un châssis, mais il présentait des manques énormes. Des analyses, effectuées par le centre de restauration des musées français au Louvre, ont permis de retrouver la tonalité des couleurs par comparaison avec une photographie noir et blanc et d’autres œuvres de Migette. La technique de l’aérographe permet de faire illusion tout en empêchant une trop grande différence. Les édifices sont suggérés sans détails. Les parties restaurées sont nettement séparées de l’œuvre originale permettant de bien distinguer l’une de l’autre.

Au lendemain des visites guidées au Musée de La Cour d'Or à Metz,16 décembre 2021 et 19 janvier 2022.
Au lendemain des visites guidées au Musée de La Cour d'Or à Metz,16 décembre 2021 et 19 janvier 2022.
Au lendemain des visites guidées au Musée de La Cour d'Or à Metz,16 décembre 2021 et 19 janvier 2022.

 

Une des pièces maîtresses de cette salle de l’Ecole de Metz est ce beau vitrail en grisaille aux couleurs lumineuses, de grande qualité, offert par le marquis de Pange. Réalisé dans les ateliers messins de Laurent-Charles Maréchal, talentueux peintre-verrier, associé à son beau-frère Louis Gugnon. Les trois saints protecteurs de Paris sont bien reconnaissables : saint Pierre (clé), saint Louis (roi au manteau à fleurs de lys) et saint Michel (archange). A leurs pieds, la ville de Paris.  En 1870, Maréchal s’installe à Bar le Duc, l’atelier périclite.

Auguste Hussenot, Judith et Holopherne, après 1829, d’après Horace Vernet.

Dans cette copie, Hussenot resserre le cadre sur les personnages et augmente la tension dramatique. Episode tiré de l’ancien testament : pour éviter l’invasion de la ville de Béthulie, Judith séduit et enivre le général ennemi Holopherne. Profitant de son sommeil, elle remonte ses manches et va le décapiter. Magnifique rendu des étoffes.

 

Octavie Fleury, Félicie Pidancet et Elisa Moreau dans l’atelier d’Auguste Hussenot, 1856.

 Elève d’Hussenot, Octavie Fleury livre une image de l’atelier du maître situé rue aux Ours. Avec celui de Maréchal, c’était un des deux grands lieux de formation artistique messins ouvert aux femmes.

Joseph Hussenot, Messine assise. Auguste Hussenot, Portrait de Madame Géraud de Feligny, 1857.

Joseph Hussenot, Messine assise. Auguste Hussenot, Portrait de Madame Géraud de Feligny, 1857.

 

Marie-Octavie Sturel -Paigné, Fleurs, 1853.

Elèves de Maréchal, les sœurs Paigné, Mélanie et Marie-Octavie se spécialisent dans les pastels de fleurs. Elles jouissent d’une belle réputation à Paris. Le goût pour la peinture de bouquet est répandu au XIXème et les compositions plaisent à l’impératrice Eugénie.

 

 

Emile Michel, Paysage de neige,1866, huile sur toile - Auguste Rolland, Autoportrait, Pastel.

Au XIX ème, sculptures et bronzes animaliers sont très prisés dans les intérieurs. Le sculpteur messin Charles Pêtre acquiert une certaine notoriété au milieu du siècle. Christophe Fratin, et le parisien Antoine-Louis Barye sont les principaux sculpteurs animaliers.

Charles Pêtre, Jeune romain, marbre.  Christophe Fratin, Statue équestre de Frédéric le Grand, Bronze.  Antoine-Louis Barye, Cerf de Virginie, 1837, Bronze.Charles Pêtre, Jeune romain, marbre.  Christophe Fratin, Statue équestre de Frédéric le Grand, Bronze.  Antoine-Louis Barye, Cerf de Virginie, 1837, Bronze.Charles Pêtre, Jeune romain, marbre.  Christophe Fratin, Statue équestre de Frédéric le Grand, Bronze.  Antoine-Louis Barye, Cerf de Virginie, 1837, Bronze.

Charles Pêtre, Jeune romain, marbre. Christophe Fratin, Statue équestre de Frédéric le Grand, Bronze. Antoine-Louis Barye, Cerf de Virginie, 1837, Bronze.

 

Théodore Devilly, Les Adieux des soldats à leurs officiers, 1885.

Tableau touchant. De nombreux militaires français vont partir comme prisonniers de guerre en 1870. Les cavaliers prussiens les attendent. La scène se passe à Montigny, près de la voie de chemin de fer Paris-Metz.

Aimé de Lemud, Le Prisonnier, salon de 1844.

Récompensée au salon de 1844 et présentée à L’Exposition Universelle de Metz en 1861, cette œuvre connaît un regain d’intérêt après 1870, le prisonnier réinterprété comme une allégorie de la Lorraine annexée.

Prochaines rencontres avec Les Arts 57 :

le 21 février 2022, 15 h

 visite guidée au  Centre Pompidou à Metz :

Toi et moi, on ne vit pas sur la même planète.

 

15 mars 2022,

Prochaine AG par Skype, 14h

 

Réservation obligatoire par mail ou par tél.

lesarts57@gmail.com      ou tél.   03 87 32 05 03 - 06 84 35 19 96

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

Droit à l'image

Les photos et images présentes sur ce site sont couvertes du droit à l'image; si l'une ou l'autre d'entre elles venait à outrepasser ce droit, nous nous en excusons et la retirerons immédiatement sur demande.
Les Arts 57

Recherche

QUI SOMMES-NOUS ?

 

 L’association Les ARTS 57 poursuit un but non lucratif et a pour objet la promotion des valeurs et actions culturelles et artistiques au profit des populations des villages et villes qui souhaitent y participer.

 

Donner le goût de découvrir, de même que les clés pour comprendre, apprécier et porter un jugement critique seront les objectifs de ce cycle de  conférences dans nos villages.

 

Le but est également de réunir, dans nos villages, des personnes partageant la même passion.

 Nous programmons au moins quatre rencontres par an et organisons deux  à trois visites guidées en fonction des événements culturels  dans la Région.

 

Liste des membres du conseil d’Administration

 

Présidente :                 Martine ZIEGLER  

Vice-présidente :         Chantal RENNER   

Trésorière :                  Geneviève DIDELOT

Trésorière adjointe :     Brigitte CROUZET

Secrétaire :                  Arielle SILICE-PALUCCI 

Assesseur :                  Catherine BOURDIEU  

Assesseur :                  Chantal CLEMENT

 

 

PARTENAIRES