Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 août 2021 5 06 /08 /août /2021 11:38
Eglise Sainte Thérèse. Metz.

Eglise Sainte Thérèse. Metz.

Nouvelle sortie organisée par Lesarts57, avec l’office de tourisme de Metz, nous retrouvons avec plaisir notre charmante guide Marie-Laure Schuck. Les jeudis 22 et 29 juillet, 14 h15, sur le parvis de l’église, place Philippe de Vigneulles, 21 et 24 personnes masquées bavardent, devant cette imposante et singulière structure.  

Au lendemain des visites guidées de l'église Sainte-Thérèse de Metz, les 22 et 29 juillet 2021.

 

Par son concept extrêmement novateur dans cette période de l’entre-deux guerres, l’église Sainte Thérèse connait « heurts et malheurs » depuis plus de 50 ans. Communément appelée « Notre-Dame du béton », elle est inaugurée et ouverte au culte en 1954, et classée « Monuments Historiques » depuis 1998.

L’extension de la « nouvelle ville » commencée pendant l’annexion, dans les années 1900, va se développer lorsque Metz revient à la France en 1919.  Nécessité d’un lieu de culte, l’évêché achète d’anciens terrains de sport du club de foot messin (lequel s’installera à St Symphorien). Création de la 11ème paroisse, dédiée à sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus et de la sainte Face. Sainte Thérèse de Lisieux, canonisée en 1925, jouissait alors d'une grande ferveur populaire. Une chapelle provisoire, dessinée par l'architecte Théophile DEDUN, est inaugurée en 1930. De style art déco, ce lieu cultuel devient en 1957 un lieu culturel abritant le cinéma d’art et d’essais PAX. Il est démoli en 1994 pour faire place à la crèche halte-garderie « Les Buissonnets ».

En 1932, l’évêché de Metz lance un concours pour la construction de la nouvelle église. Vingt-deux architectes y participent. Grâce à la voix prépondérante de l'évêque Monseigneur Pelt, le projet de M. Besch, de style néo-roman-byzantin, l’emporte. Mais très vite un article polémique d’« Un groupe de paroissiens » paraît dans le journal « Le Messin ». Sous cette plume figurent plusieurs personnalités : Gabriel Hocquard, adjoint au maire à la culture, des architectes, le peintre Nicolas Untersteller. Ce projet, comparé à un « gâteau de mariée de style incertain », est refusé par la municipalité.

Pendant plusieurs années les différentes propositions opposent l’évêché, qui souhaite un projet historiciste plus traditionnel, et la municipalité tournée vers une architecture, des techniques et matériaux nouveaux. Finalement, en 1935, on fait appel à Roger-Henri Expert, originaire d’Arcachon, architecte au talent officiellement reconnu, Grand Prix de Rome, enseignant à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris, et familiarisé avec les édifices et matériaux nouveaux. L’orientation de la municipalité est claire : une église moderne, en matériau « pauvre » en hommage à la sainte carmélite. Le béton, déjà utilisé fin XIXème, est préconisé, début XXème dans de nombreux édifices religieux ou bâtiments art nouveau. En 1937, le conseil de fabrique et la direction des cultes donnent enfin leur accord au projet R.H. Expert, les travaux peuvent commencer.

Eglise ste Thérèse -Photos Jean-Louis Ligiardi.
Eglise ste Thérèse -Photos Jean-Louis Ligiardi.
Eglise ste Thérèse -Photos Jean-Louis Ligiardi.
Eglise ste Thérèse -Photos Jean-Louis Ligiardi.

Eglise ste Thérèse -Photos Jean-Louis Ligiardi.

J.H. Expert s’est imprégné du bâti messin et de la vie de la sainte pour bâtir une église en forme de châsse-reliquaire. Bâtiment au plan basilical classique avec nef, déambulatoire et 5 chapelles autour du chevet mais très novateur dans sa coupe et les façades nervurées. Les arcs paraboliques recouverts de voiles de béton rappellent les hangars construits à Orly par Eugène Freyssinet vers 1920. Leur portée est exceptionnelle et dispense des arcs boutants extérieurs.

Au lendemain des visites guidées de l'église Sainte-Thérèse de Metz, les 22 et 29 juillet 2021.

La guerre interrompt le chantier, il ne sera repris que dans les années 1950.

 

Photo parue dans dernier bulletin paroissial, juillet 1939. Coll. Ch. Fauvel.

Parmi toutes les églises dédiées à Ste Thérèse, celle de Metz, à l’aspect de châsse protectrice aux parois inclinées et structure apparente, est vraiment la plus moderne. Impressionnant aussi le grand portail, face à l’hôpital Bon Secours, dont les grandes nervures de béton préfabriqué en forme de V invitent à l’élévation.

Photo J-L Ligiardi.

Par souci d’économie, Roger Henry Expert doit modifier le projet initial de sculpture et fait appel à Nicolas Untersteller. Les deux hommes enseignent à l’Ecole des beaux-arts. Nicolas Untersteller, originaire de Stiring -Wendel a séjourné à la Villa Médicis à Rome et à la Casa Velasquez à Madrid, il est le directeur de l’Ecole des beaux-arts à Paris de 1948 jusqu’à sa mort en 1967. Peintre reconnu, il a réalisé, entre autres, les fresques en aluminium dans l’église d’Amnéville, un vitrail dans l’église de Gravelotte.

 

Il propose des vitraux-claustras.  Les verres sont enfermés dans une résille en ciment qui remplace le plomb. Un verre antique coloré dans sa résille est séparé par du vide d’une autre résille renfermant du verre cathédrale blanc coté extérieur.

.

Les motifs sont aussi visibles de l’extérieur de l'édifice. 1060 mètres carrés de vitraux sont ainsi enchâssés dans les nervures de béton armé. Ce nouveau procédé s’est hélas révélé fragile : l’armature de fer a rouillé au gré du temps faisant éclater le béton, et provoquant des infiltrations.

Photos J-L Ligiardi.

Sur les parements extérieurs des chapelles absidiales construites avant-guerre, J.H.Expert  fait mettre au point un béton coloré avec de la poudre de calcaire de Jaumont, s’harmonisant avec la façade du lycée Louis Vincent situé en face. Mais après la guerre, la nécessité d'un coût plus faible a conduit à utiliser un béton ordinaire, gris, plus sommaire.

 

Photo J-L Ligiardi.

.

.

 

La flèche, un grand mât de 70 m, évoque « un bâton de pèlerin », signal repérable de loin dans le paysage. Successeur et ancien élève de J.H. Expert, l’architecte André Remondet la fait ériger en 1963. Originale, elle est désolidarisée de l’église. Les 4 cloches, quant à elles, sont logées dans une chambre, dans la partie supérieure de la façade.

Par l’entrée latérale, rue de Verdun, nous pénétrons dans l’église relativement sombre et rejoignons le narthex sous la tribune d’orgue, derrière le portail de l’entrée principale. A gauche, le baptistère surmonté d’une petite coupole, à droite, la chapelle des enfants. La nef de 78 m comporte 8 travées matérialisées par des arcs paraboliques dont les piles de béton sont inclinées de 9 ° vers l’intérieur et culminent à 28,40 m ! le long du vaisseau central de la nef, un plafond horizontal limite les bas-cotés latéraux.

Eglise ste Thérèse, Metz. Arcs Paraboliques - Piles béton à 9°- Bas-côté latéral. Photos J-L. Ligiardi.
Eglise ste Thérèse, Metz. Arcs Paraboliques - Piles béton à 9°- Bas-côté latéral. Photos J-L. Ligiardi.
Eglise ste Thérèse, Metz. Arcs Paraboliques - Piles béton à 9°- Bas-côté latéral. Photos J-L. Ligiardi.

Eglise ste Thérèse, Metz. Arcs Paraboliques - Piles béton à 9°- Bas-côté latéral. Photos J-L. Ligiardi.

Nicolas Untersteller, artiste artisan a conçu et fabriqué ces vitraux avec ses élèves en louant 3 ateliers à Paris.

Le long des allées des vitraux étroits, comme des piliers de lumières rouges, figurent les douze apôtres (Nouveau Testament) appuyés sur douze prophètes (Ancien testament).

Vitraux des apôtres, bas-cotés et ceux de la nef au-dessus.

Vitraux des apôtres, bas-cotés et ceux de la nef au-dessus.

Au-dessus, les vitraux de la nef, aux couleurs plus douces, illustrent la vie de sainte Thérèse et évoquent les métiers des hommes, les activités de la région, les saints qu’elle vénérait : bobines de fil et ciseaux pour sa maman dentelière, Thérèse en carmélite, un violon et son archet pour Sainte Cécile, patronne des musiciens, un jardinier avec sa bêche, un forgeron et ses outils, un moissonneur et ses épis de blé, sainte Marguerite portant le cœur de Jésus, Sainte Thérèse d’Avila, sa référence, Jeanne d’Arc en armure…. Des anges bleus traversent les claustras, se dirigent vers l’autel.

Ange bleu tenant l'artiste par la main. Photo J-L. Ligiardi.

Ange bleu tenant l'artiste par la main. Photo J-L. Ligiardi.

Le chœur, limité par des piliers droits et resserrés est entouré du déambulatoire, et de cinq chapelles dont les voûtes en cul de four bénéficient d’un éclairage zénithal. Les vitraux glorifient Sainte Thérèse. Elle est représentée en carmélite, entourée de la Vierge à l’Enfant, du Christ en croix, de la sainte Face imprimée sur un linge rouge porté par ste Véronique, des vertus théologales : charité, foi, espérance, des vertus cardinales : justice, prudence, tempérance, force… des constellations et les signes du Zodiaque.

Chœur de l'église ste Thérèse. Photos J-L. Ligiardi.
Chœur de l'église ste Thérèse. Photos J-L. Ligiardi.
Chœur de l'église ste Thérèse. Photos J-L. Ligiardi.
Chœur de l'église ste Thérèse. Photos J-L. Ligiardi.
Chœur de l'église ste Thérèse. Photos J-L. Ligiardi.

Chœur de l'église ste Thérèse. Photos J-L. Ligiardi.

Intérieurement, le mobilier religieux est sobre mais remarquable. L’autel en céramique et chêne, le beau crucifix et le tabernacle sphérique de cuivre rouge sont les œuvres de l’artiste meusien Claude Michel. L’effigie de Ste Thérèse, très joli portrait réalisé par Sandor Kiss en 1989. Les tiges de fer à béton soudées rendent le modelé du visage fidèle au portait photographique comme un dessin à la plume. Thérèse Martin, décédée à 24 ans de la tuberculose, est la seule Sainte dont on possède des photos et dont le visage était connu.

Autel, croix, tabernacle de Claude Michel, effigie de Ste Thérèse, Sandor Kiss. Photos J-L. Ligiardi.
Autel, croix, tabernacle de Claude Michel, effigie de Ste Thérèse, Sandor Kiss. Photos J-L. Ligiardi.
Autel, croix, tabernacle de Claude Michel, effigie de Ste Thérèse, Sandor Kiss. Photos J-L. Ligiardi.
Autel, croix, tabernacle de Claude Michel, effigie de Ste Thérèse, Sandor Kiss. Photos J-L. Ligiardi.
Autel, croix, tabernacle de Claude Michel, effigie de Ste Thérèse, Sandor Kiss. Photos J-L. Ligiardi.

Autel, croix, tabernacle de Claude Michel, effigie de Ste Thérèse, Sandor Kiss. Photos J-L. Ligiardi.

 

Parmi les artistes qui ont participé au décor de l’église, M. Claude Ginzling est l’auteur du grand portrait de Sainte Thérèse de Lisieux installé au-dessus de l’une des portes du transept. Il nous a fait l’honneur de sa présence et nous a expliqué la genèse de cette œuvre et les raisons de sa présence dans l’église. Parisien de naissance, élève de N. Untersteller,  devenu messin par amour, ce polytechnicien, architecte, peintre … a, dans sa vie, une succession de hasards qui le ramène toujours à Sainte Thérèse.

Pour une exposition à St Pierre aux Nonnains, on lui demande de travailler sur un petit portrait qu’il faut agrandir aux dimensions d’une fenêtre de la vieille église :  3.40 x 2.30 m. Ce spécialiste des mystères de la géométrie et surtout de l’angle de 37°, trace des lignes, construit, découvre des structures, sa sainte Thérèse est ainsi découpée en 225 morceaux. Parmi toutes les figures géométriques ainsi découvertes dans ses recherches, celles de Ste Thérèse lui paraît être de loin la plus parfaite : il titre son œuvre : « La Science de l’amour ». Après l’exposition, l’abbé Lange, curé de la paroisse de ste Thérèse, lui demande d’apporter le portrait pour l’arrivée des reliques de la sainte, en mai 2008. Les dimensions du tableau sont rigoureusement les mêmes que l’encadrement de la porte : « C’était sa place ! », encore un « hasard objectif » cher à l’artiste. C.C.

.

claudegenzling.com

 

Prochaine rencontre avec Les Arts 57 :

Visite guidée à la cathédrale :

Peintures murales, épitaphes, tombeaux

Vendredi 27 août 2021,

14h15 à l’office de tourisme, place d’armes.

 

Réservation obligatoire par mail ou par tél.

lesarts57@gmail.fr   ou tél.   03 87 32 05 03 - 06 84 35 19 96

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

Droit à l'image

Les photos et images présentes sur ce site sont couvertes du droit à l'image; si l'une ou l'autre d'entre elles venait à outrepasser ce droit, nous nous en excusons et la retirerons immédiatement sur demande.
Les Arts 57

Recherche

QUI SOMMES-NOUS ?

 

 L’association Les ARTS 57 poursuit un but non lucratif et a pour objet la promotion des valeurs et actions culturelles et artistiques au profit des populations des villages et villes qui souhaitent y participer.

 

Donner le goût de découvrir, de même que les clés pour comprendre, apprécier et porter un jugement critique seront les objectifs de ce cycle de  conférences dans nos villages.

 

Le but est également de réunir, dans nos villages, des personnes partageant la même passion.

 Nous programmons au moins quatre rencontres par an et organisons deux  à trois visites guidées en fonction des événements culturels  dans la Région.

 

Liste des membres du conseil d’Administration

 

Présidente :                 Martine ZIEGLER  

Vice-présidente :         Chantal RENNER   

Trésorière :                  Geneviève DIDELOT

Trésorière adjointe :     Brigitte CROUZET

Secrétaire :                  Arielle SILICE-PALUCCI 

Assesseur :                  Catherine BOURDIEU  

Assesseur :                  Chantal CLEMENT

 

 

PARTENAIRES