Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 février 2021 4 04 /02 /février /2021 10:33
Auguste Migette, Commencement de la République messine. Election du premier maître échevin. 1862. Metz, musée de la Cour d'Or.

 

Ce vendredi 22 janvier 2021, 14 h, toujours par Skype, Catherine accueille les adhérents et s’assure de la présence des 23 inscrits. Martine, ravie de les retrouver, présente les vœux et les remercie de leur fidélité. Pas de réouverture des musées prévue bientôt, en attendant des conditions sanitaires meilleures, LesArts57 vont continuer de proposer des visioconférences mensuelles, certains vendredis à 14h :

Le 19 février : le quartier allemand de Metz.

Le 19 mars : histoire de la citadelle de Metz.

       Le 16 avril : Metz au XII ème et XVIII ème siècle.

 

Ce 3ème volet de l’Ecole de Metz est consacré aux artistes qui s’épanouissent aux cotés de Maréchal.

Mais l’œuvre de Laurent Charles Maréchal est si importante qu’il restait encore des informations après la 2ème séance qu’il aurait été dommage d’éluder. Son talent et sa notoriété ne cessaient de croître. Catherine continue l’étude de vitraux à Metz, en Moselle, à Paris…

Metz, Eglise St-Martin. -- partage du manteau -- le pin abattu -- l’ascension de St Martin.

Metz, Eglise St-Martin. -- partage du manteau -- le pin abattu -- l’ascension de St Martin.

Eglise Saint-Martin de Metz : les vitraux du chœur sont dédiés à La Vie de saint Martin. Soldat romain, il partagea l’intérieur de sa cape avec un homme transi de froid. Il accomplit aussi le miracle du pin abattu en inversant la chute de l’arbre sacré, idole des païens. Richesse des ornements architecturaux, en particulier, ici, des clés pendantes polychromes. Fantaisie et variété dans les décors. Dans certains vitraux, des lignes régulières bien visibles apparaissent au-delà du réseau principal, ce sont des reprises de cassures ou plans de casse. Les coloris sont travaillés précisément, choix de rouge très lumineux. Astuce intéressante dévoilée par notre conférencière préférée pour connaitre la tonalité colorée d’une œuvre : en clignant des yeux, la gamme colorée dominante et la répartition des couleurs primaires apparaissent dans la composition.  

 

 

Des personnages nouveaux apparaissent dans certains vitraux. Dans une des 3 verrières de la chapelle, un tout jeune homme est vêtu en costume XVI ème. C’est Louis de Gonzague, mort à 23 ans, en soignant les pestiférés à Rome. Dans la lancette voisine, Saint François de Sales, autre personnage très vénéré par les jésuites. La chapelle dans l’Abbaye de Saint-Clément, actuel Conseil Régional, date justement de la présence des Jésuites.

 

Metz, St-Clément, chapelle des Jésuites.

Eglise St-Martin de Varize. Portrait de la Vierge.

Iconographie originale de ce portrait de la Vierge dans un encadrement de tableau. Elle est représentée jusqu’à la hanche, une seule main visible portant une quenouille ; tradition originaire des chrétiens d’Orient, en référence aux Evangiles apocryphes (pas considérés comme authentiques) qui racontent que Marie a été choisie, avec d’autres filles de la tribu de David, pour tisser le voile du temple de Jérusalem. En Occident, la quenouille est le symbole du travail féminin. Ce portrait parait plus familier. La Vierge couronnée est nimbée et, fantaisie de Maréchal, il choisit le jaune pour la robe, s’affranchissant du code coloré rouge de la tradition chrétienne. L’atelier de Maréchal excelle aussi dans l’art de la grisaille. Elle est utilisée depuis l’origine des vitraux, c’est une peinture appliquée au pinceau sur le verre puis cuite au four. Sa couleur varie du gris au marron plus ou moins foncé. Elle est utilisée pour les ombres des costumes, les traits du visage, nez, bouche, les végétaux, éléments de feuillage, tiges enroulées ou des décors plus géométriques seuls sur verre blanc.

 

Metz, Eglise St-Eucaire, la Sainte famille ---- Paris, Eglise St-Ambroise, Saint Joseph charpentier, 1868 ; réalisés par Raphaël Maréchal, fils de Laurent-Charles Maréchal ---- Eglise St-Germain l’Auxerrois, 1844-1847, Manassès, Ezéchias, Jonathan, et Judith en buste--- Madeleine entre deux anges.  Cathédrale ND de Luxembourg,1840-1860, La Vie de la Vierge : la Vierge, Elisabeth et Zacharie.
Metz, Eglise St-Eucaire, la Sainte famille ---- Paris, Eglise St-Ambroise, Saint Joseph charpentier, 1868 ; réalisés par Raphaël Maréchal, fils de Laurent-Charles Maréchal ---- Eglise St-Germain l’Auxerrois, 1844-1847, Manassès, Ezéchias, Jonathan, et Judith en buste--- Madeleine entre deux anges.  Cathédrale ND de Luxembourg,1840-1860, La Vie de la Vierge : la Vierge, Elisabeth et Zacharie.
Metz, Eglise St-Eucaire, la Sainte famille ---- Paris, Eglise St-Ambroise, Saint Joseph charpentier, 1868 ; réalisés par Raphaël Maréchal, fils de Laurent-Charles Maréchal ---- Eglise St-Germain l’Auxerrois, 1844-1847, Manassès, Ezéchias, Jonathan, et Judith en buste--- Madeleine entre deux anges.  Cathédrale ND de Luxembourg,1840-1860, La Vie de la Vierge : la Vierge, Elisabeth et Zacharie.
Metz, Eglise St-Eucaire, la Sainte famille ---- Paris, Eglise St-Ambroise, Saint Joseph charpentier, 1868 ; réalisés par Raphaël Maréchal, fils de Laurent-Charles Maréchal ---- Eglise St-Germain l’Auxerrois, 1844-1847, Manassès, Ezéchias, Jonathan, et Judith en buste--- Madeleine entre deux anges.  Cathédrale ND de Luxembourg,1840-1860, La Vie de la Vierge : la Vierge, Elisabeth et Zacharie.
Metz, Eglise St-Eucaire, la Sainte famille ---- Paris, Eglise St-Ambroise, Saint Joseph charpentier, 1868 ; réalisés par Raphaël Maréchal, fils de Laurent-Charles Maréchal ---- Eglise St-Germain l’Auxerrois, 1844-1847, Manassès, Ezéchias, Jonathan, et Judith en buste--- Madeleine entre deux anges.  Cathédrale ND de Luxembourg,1840-1860, La Vie de la Vierge : la Vierge, Elisabeth et Zacharie.
Metz, Eglise St-Eucaire, la Sainte famille ---- Paris, Eglise St-Ambroise, Saint Joseph charpentier, 1868 ; réalisés par Raphaël Maréchal, fils de Laurent-Charles Maréchal ---- Eglise St-Germain l’Auxerrois, 1844-1847, Manassès, Ezéchias, Jonathan, et Judith en buste--- Madeleine entre deux anges.  Cathédrale ND de Luxembourg,1840-1860, La Vie de la Vierge : la Vierge, Elisabeth et Zacharie.

Metz, Eglise St-Eucaire, la Sainte famille ---- Paris, Eglise St-Ambroise, Saint Joseph charpentier, 1868 ; réalisés par Raphaël Maréchal, fils de Laurent-Charles Maréchal ---- Eglise St-Germain l’Auxerrois, 1844-1847, Manassès, Ezéchias, Jonathan, et Judith en buste--- Madeleine entre deux anges. Cathédrale ND de Luxembourg,1840-1860, La Vie de la Vierge : la Vierge, Elisabeth et Zacharie.

La pierre est encore bien présente dans les fenêtres gothiques évidées, où les vitraux sont installés. Grand répertoire de personnages, simplification des formes, renouvellement des motifs, palette colorée restreinte mais lumineuse et profonde, Maréchal innove et travaille sur des chantiers prestigieux à Paris et ailleurs …  

Le XIXe siècle connaît une vague de reconstruction d'églises et nécessite la production un grand nombre de vitraux. Les verriers inventent de nouveaux procédés en appliquant des photographies sur le verre puis cuisson à 600°. Il ne reste que peu de ces vitraux photographiques, pas classés, ils sont souvent supprimés.

Saint Louis, Saint Michel et Saint Pierre protégeant Paris. 1845. Musée de la Cour d’Or.

Saint Louis, Saint Michel et Saint Pierre protégeant Paris. 1845. Musée de la Cour d’Or.

A la cathédrale de Metz, dans la chapelle des Evêques, les vitraux photographiques de Maréchal sont déposés en 1957 et remplacés par ceux de Jacques Villon (frère de Marcel Duchamp). Dans ce chef-d'œuvre de Maréchal, entreposé à la Cour d’Or, le procédé est reconnaissable sur les visages des saints protecteurs de Paris, Saint Louis, fleurs de lys sur le manteau, Saint Michel archange et Saint Pierre, clé dans sa main. A ses pieds, la signature visible de l’atelier messin. 

Bien conservés aussi, ceux de l'église St-Martin d'Hayange, construite en 1884, sur le modèle de la Trinité de Paris utilisent « l’impression » photographique pour les visages des donateurs et mécènes, en particulier la famille de Wendel.

 

Hayange, église St-Martin, donateurs.

 

Les ateliers sont détruits dans un incendie en 1866. 

Louis-Charles-Marie Champigneulle rachète l’entreprise.

 Maréchal le rejoint à Bar-le-Duc, en 1872, après l’annexion.

 

 

Bar-le-Duc, Tribunal de Grande instance, Verrière à l’autoportrait, 1888.

 

Dans l’atelier de Maréchal, se côtoyaient non seulement ses élèves mais aussi de nombreux artistes messins.

Elève de Maréchal, Caroline Haillecourt, miniaturiste réputée, réalise des portraits à l’encre sur ivoire. Etude naturaliste du visage placé de ¾.

 

Portrait de Maréchal, médaillon ivoire, 10cm, 1860, musée de la Cour d’Or.

 

Louis Théodore Devilly, élève de Maréchal, directeur de l'Ecole des Beaux-Arts de Metz puis de celle de Nancy après 1870.

Toile romantique au sujet exotique réalisé lors d’un séjour en Algérie. Délicatesse du coloris, bleuté à l’horizon. Perspective atmosphérique. Paysage désertique, rochers, montagnes, maigre végétation. Belle étude animalière. Le cavalier et sa monture semblent bien vivants.

 

 Le spahi d'Oran. 1879. Aquarelle et gouache sur papier.  Nancy, MBA.

Officier de chasseurs avec son cheval blessé. Coll. part.  ----  Mort du sergent Blandan. 1882. Nancy MBA.

Officier de chasseurs avec son cheval blessé. Coll. part. ---- Mort du sergent Blandan. 1882. Nancy MBA.

Sujet rare : le cheval est blessé en haut de la patte avant gauche, le flot de sang qui coule renforce l’aspect réaliste, tête basse de l’animal qui souffre. L’officier le mène en retrait de la bataille. Site montagneux, rocheux. La figure du cheval s’inscrit bien dans l’esprit romantique.

Ce tableau relate un épisode historique de la conquête de l’Algérie où un jeune sergent a préféré mourir plutôt que de se rendre. En clignant des yeux, on perçoit mieux les différentes strates du tableau. Quelques rochers devant, montagnes et ciel à l’arrière-plan. Dans la plaine entre les deux, la bataille au corps à corps fait rage. Partie supérieure les algériens en blanc, les français submergés en bleu et rouge au premier plan. Le sergent mourant allongé sur le sol est soutenu. Pour peindre cette épopée avec le plus de réalisme possible, Devigny s’est rendu sur les lieux, a récolté des témoignages.

Auguste Migette. Chapelle de Sainte-Catherine, près d'Hombourg l'Evêque [Hombourg-Haut] 1867, mine de plomb. 38 x 108 cm. Cour d'Or.

Auguste Migette. Chapelle de Sainte-Catherine, près d'Hombourg l'Evêque [Hombourg-Haut] 1867, mine de plomb. 38 x 108 cm. Cour d'Or.

Auguste Migette,1802-1884, peintre, professeur de dessin, écrivain, fut le peintre-décorateur du théâtre de Metz. Ses mémoires et plusieurs manuscrits conservés à la Médiathèque de Metz sont une source précieuse sur la vie artistique messine au XIXe. Il effectue un travail systématique de représentation des éléments du patrimoine et les sait les accompagner d'éléments pittoresques. Le musée de la Cour d'Or conserve presque toutes ses œuvres : plus de 200 dessins de monuments civils et religieux de Metz et des alentours.

La vallée de la Moselle, 1864-1869.

Atmosphère particulière dans ce panorama. Grande profondeur par le dessin des rochers, arbres, rivière, pont, montagnes. Perspective atmosphérique bien rendue par la décoloration. L’éclairage savant, alternant les parties éclairées ou ombragées, donne beaucoup de relief aux différents plans. Le regard progresse dans ce paysage spectaculaire. Au premier plan, dans la pénombre des arbres, derrière une langue de terre rocheuse, on découvre les petits personnages et ce promeneur assis sur une pierre.

Groupe de Bohémiens du Pays de Bitche, huile sur toile, 80 x 65 cm ----Vue de Sierck ---Vue de Trarbach, Basse-Moselle : (nord-est de Trèves), 1847, huile sur toile, 33,5 x 67 cm. Cour d'Or.
Groupe de Bohémiens du Pays de Bitche, huile sur toile, 80 x 65 cm ----Vue de Sierck ---Vue de Trarbach, Basse-Moselle : (nord-est de Trèves), 1847, huile sur toile, 33,5 x 67 cm. Cour d'Or.
Groupe de Bohémiens du Pays de Bitche, huile sur toile, 80 x 65 cm ----Vue de Sierck ---Vue de Trarbach, Basse-Moselle : (nord-est de Trèves), 1847, huile sur toile, 33,5 x 67 cm. Cour d'Or.

Groupe de Bohémiens du Pays de Bitche, huile sur toile, 80 x 65 cm ----Vue de Sierck ---Vue de Trarbach, Basse-Moselle : (nord-est de Trèves), 1847, huile sur toile, 33,5 x 67 cm. Cour d'Or.

La visite du musée historique de Versailles en 1842 lui inspire une série sur l'histoire de la ville de Metz, des origines au XVIIe siècle.

St Clément dompte le Graoully. Manière reconnaissable de Migette d’enserrer cet épisode par des arbres de part et d’autre.

Saint Clément, premier évêque de Metz, près des ruines de l'amphithéâtre. 1864. Encre de chine, lavis et rehauts d'aquarelle. 41x 61 cm, Cour d'Or.

A droite, le Palais des Treize, siège du pouvoir de la cité, en arrière-plan la cathédrale avec l’église Notre Dame la ronde devant. Cette reconstitution imaginée par Migette est entrée dans la l’imagerie populaire.

Commencement de la République messine. Election du premier maître échevin Amolbert en 1055. 110 x 198 cm. 1862. Musée de la Cour d'Or.

Massacre des Juifs à Metz par les premiers croisés en  1095 --- Fin de la République messine. Entrée à Metz de Henri II, roi de France, 1552.

Massacre des Juifs à Metz par les premiers croisés en 1095 --- Fin de la République messine. Entrée à Metz de Henri II, roi de France, 1552.

Migette représente la ville médiévale, telle qu’un homme du XIXe se l’imagine. Dans des architectures élaborées, les postures des personnages et leurs costumes colorés rendent ces scènes très vivantes.

La représentation du Mystère de saint Clément, donnée sur la place de Change et le grand escalier devant la cathédrale.  

Au premier plan, la foule. Au fond, la cathédrale et l'église Notre-Dame la Ronde qui ne lui est pas encore reliée. Sur les côtés, des maisons à colombages. Une tour évoque celle de l'hôtel St-Livier, sur la colline Ste Croix, qui a conservé une tour médiévale. Au centre, un théâtre, construction éphémère de 4 étages et 10 scènes. On y représente un Mystère : au Moyen Age, c’est un spectacle public d’un épisode religieux donné sur une place, le parvis d’une église … Le spectacle a commencé dans certaines scènes : au rez-de-chaussée, la fumée évoque le dragon. Au-dessus les rues de Metz, étage suivant l’évangélisation, et enfin, tout en haut, le paradis. Cet étagement de plusieurs scènes correspond à ce que l'on pensait du théâtre médiéval au XIXe siècle.

Passionnante, Catherine donne envie d’approfondir ces sujets, d’aller visiter les lieux et, on l’espère, pouvoir bientôt admirer ces œuvres dans les musées.

Prochaine visioconférence :

 vendredi 19 février,  à 14 h

Les quartiers de METZ construits pendant la première annexion.

 

Hôtel St-Livier, cour intérieure, siège du FRAC, 1 rue des Trinitaires.​​​​​​​

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
Quel travail magnifique! Merci 1000 fois! A bientôt sur skype!
Répondre

Présentation

Droit à l'image

Les photos et images présentes sur ce site sont couvertes du droit à l'image; si l'une ou l'autre d'entre elles venait à outrepasser ce droit, nous nous en excusons et la retirerons immédiatement sur demande.
Les Arts 57

Recherche

QUI SOMMES-NOUS ?

 

 L’association Les ARTS 57 poursuit un but non lucratif et a pour objet la promotion des valeurs et actions culturelles et artistiques au profit des populations des villages et villes qui souhaitent y participer.

 

Donner le goût de découvrir, de même que les clés pour comprendre, apprécier et porter un jugement critique seront les objectifs de ce cycle de  conférences dans nos villages.

 

Le but est également de réunir, dans nos villages, des personnes partageant la même passion.

 Nous programmons au moins quatre rencontres par an et organisons deux  à trois visites guidées en fonction des événements culturels  dans la Région.

 

Liste des membres du conseil d’Administration

 

Présidente :                 Martine ZIEGLER  

Vice-présidente :         Chantal RENNER   

Trésorière :                  Geneviève DIDELOT

Trésorière adjointe :     Brigitte CROUZET

Secrétaire :                  Arielle SILICE-PALUCCI 

Assesseur :                  Catherine BOURDIEU  

Assesseur :                  Chantal CLEMENT

 

 

PARTENAIRES